Le sourire de l’ange de Reims- Portrait

Reims, cathédrale Notre-Dame, portail principal

Dans la culture chrétienne, le sourire est initialement lié à la maternité.

Le sourire reflète une vision plus optimiste de l’avenir. Jusqu’aux premières cathédrales gothiques, l’Eglise préfère mettre l’accent sur le jugement dernier, la séparation des justes de celles des pêcheurs. A cette rhétorique de la terreur succède une première éclaircie. Les cathédrales succèdent aux monastères et sont construites non plus dans des campagnes plus ou moins reculées mais dans des villes en plein essor. Le culte de Marie succède au Christ juge et souverain des tympans romans. Ce culte dit « marial » n’a rien de nouveau mais il prend un essor inédit et une forme nouvelle. La Vierge n’est plus présentée en majesté mais dans les moments clé de son histoire. En soi, cette figure féminine montre un adoucissement des moeurs et une valorisation de la maternité. Car c’est bien la mère que se mettent à célébrer toutes les églises. La Vierge auquel l’ange annonce l’improbable et prochaine maternité. Une bonne nouvelle donc. Mais attention l’ange de Reims reste une exception. C’est le sourire le plus célèbre du Moyen Age et à bien des égards le seul même s’il est possible de trouver ici ou là des oeuvres proches. Un sourire qui présente une similitude frappante avec les statues grecques de kouroi.

~ par fg sur septembre 4, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :