L’étonnement de Rembrandt (par lui-même)

EIA

 

Autoportrait aux yeux hagards

Les sourcils levés, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte… Ce dessin tente de fixer en une seul mouvement deux émotions différentes, voire contradictoires : l’étonnement et l’inquiétude (à moins que ce ne soit l’horreur ou encore le dégoût). Principal enseignement de cet essai de psychologie appliquée : pour exprimer la complexité des sentiments, l’art doit nécessairement forcer le trait. Ce que fera la bande dessinée.

 

~ par fg sur septembre 29, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :