La colère qui gronde (Schiele)

Autoportrait – elf portrait with bended head – 1912

La colère ne peut être contenue que par la crainte. D’agressif, le regard se fait fuyant pour dissimuler le ressentiment qui suinte d’une soumission imposée par la force. Tel est le sens de l’expression du visage d’Eve peinte par Michel Ange. Mais, ici, le caractère poignant de l’autoportrait de Schiele tient à ce que le regard renvoie au peintre lui-même et à ceux qui le regardent…

~ par fg sur décembre 3, 2009.

Une Réponse to “La colère qui gronde (Schiele)”

  1. un genie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :