Joie

Le premier sourire remonte environ à 2400 av. J.-C. Il s’agit de la statuette d’un dignitaire de Mésopotamie en position de prière. « La bouche aux commissures marquées et aux lèvres fines et expressives esquissant un léger sourire énigmatique, confèrent à l’intendant une attitude d’émerveillement et de béatitude. » Un siècle plus tard, la figure d’Akhenaton affiche le même sourire.

Statue d'Ebih-Il, Mari, XXIVe siècle av. J.-C., Paris, musée du Louvre. L'agrandissement présente la tête d'Akhenaton, XIVe siècle av. J.-C., Louxor, musée.

Akhénaton

Ce n’est sans doute pas par hasard si les représentations de kouros et koré apparaissent à une époque où la Grèce est sous l’influence culturelle de l’ancienne Égypte, au VIe siècle. Les bras le long du corps, les larges épaules, le pied gauche en avant rappellent les statues des dieux, des pharaons et autres dignitaires égyptiens.

EIA

Tête de koré ou de sphinx en marbre de Paros, 654 av. J.-C

EIA

Le Cavalier Rampin,musée du Louvre etmusée de l’Acropole d’Athènes (-560)

EIA

Le Moscophore, musée de l’Acropole d’Athènes (v. -570)

EIA

La koré au péplos, est du même sculpteur que celui du « Cavalier Rampin », vers 530 av. J.-C

EIA

Guerrier troyen tombé, figure W-VII du fronton ouest du temple d’Aphaia,glyptothèque de Munich, v. 505-500 av. J.-C.

751c5 Musée d'Erétrie, antéfixe en tête de Gorgone

Tête de méduse, Ve siècle avt JC

Les kouros et koré ne sont pas les seuls à représenter une certaine idée de la joie. Dans les premières représentations théâtrales où les acteurs se cachaient derrière des masques expressifs, celui affichant un large sourire se réfère à Dionysos. Pour le reste, on préfère suivre les conseils du stoïcisme qui se méfie du rire, censé être préjudiciable à l’acquisition de la sagesse.

EIA1

Tête d’Aphrodite de Praxitélês, IVe siècle avt JC

SOURIRE D’ANGE, SOURIRE DE LA MATERNITE

Le sourire réapparait au moyen-âge avec l‘Ange au sourire (après 1250) de la cathédrale de Reims. Nous sommes aussi au début du gothique, époque où les artistes cherchent à s’émanciper de l’influence byzantine et de son idéalisation du monde.

Sous le pinceau de Giotto on voit apparaître une légère, très légère décontraction du visage. C’est justement à cette époque qu’en France se diffuse le mot « sourire » dans le sens de « prendre une expression rieuse »

eia

Buste d’ange – 2e moitié du 13e siècle

Reims, cathédrale Notre-Dame, portail principal

L’ange au sourire, Reims, 1240

eia

Couronnement de la Vierge – Vers 1250-1260

L’extase de Sainte Thérèse, Bernin -1647-52

eia

Vierge et l’Enfant de la Sainte-Chapelle, Vers 1265-1270

eia

La Vierge et l’Enfant dite Vierge d’Abbeville – XIIIe siècle

Vierge à l’Enfant, le Baiser, v. 1461-1462

Le jardin du Paradis, Maître Rhénan, vers 1470

Triptyque Portinari, van der goes, vers 1475

Charles V, roi de France, et Jeanne de Bourbon – Anonyme – Troisième tiers du XIVe siècle

EIAEIA

Messine, de haut en bas et de droite à gauche :

1. Portrait de jeune homme – 1474

2. Portrait de jeune homme – 1470-71

3. Portrait de jeune homme – 1476-77

4. Portrait de jeune homme – 1473-74

SOURIRE DE VINCI

Verrochio

1503 – 1506

Saint Jean Baptiste, Vinci, 1513/16

La Vierge, l’enfant Jésus et Sainte Anne, Vinci, 1517

SOURIRE MAUVAIS

Le Christ aux outrages, van Hemessen

 

Expressions grotesques – v. 1490

Portement de croix – 1515

Dérision du Christ – Honthorst – 1617 

Laocoon – Le Greco – 1604-14

SOURIRE DE SEDUCTION

EIA

Courtisane et Vieillard, Cranach, musée de Besancon, 1530

Henri IV recevant le portrait de Marie de Médicis – entre 1622 et 1625

SOURIRE DE FETE POPULAIRE

Rixe de musiciens, de la Tour, 1625/30 (?)

Le Fils prodigue, Honthorst, 1622

EIA

The Merry Fiddler, Honthorst, 1623

EIA

The Merry Drinker, Terbruggen, 1625

EIA

A Lute Player Carousing With A Young Woman Holding A Roemer, Terbruggen

EIA

The Duo, Terbruggen, 1628

Gerard van Honthorst, v 1628

Jolly Toper, Judith Leyster, 1629

EIA

Two Children with a Cat, Judith Leyster, 1629

EIA

A Boy and a Girl with a Cat and an Eel  – Judith Leyster – 1re moitié de XVIIe siècle

Bohémienne – Hals -1626

Hals

Autoportrait, 1628

EIA1

Démocrite, Terbruggen, 1628

Archimède – Ribera – 1630

Le triomphe de Bacchus, Velasquez, 1629

Etude de jeune femme, Vermeer, Vers 1665-1667

eia

Petit paysan espagnol – 1670-1680 – Murillo Bartolome Esteban

eia

Murillo

Autoportrait au jabot de dentelle – Quentin de la Tour – vers 1751

Autoportrait à l’œil-de-bœuf ou à l’index, de la Tour, 1737

Le Progrès de l’Amour – Jean-Honoré Fragonard- 1770-71

Buste en marbre de Voltaire, Jean-Antoine Houdon, 1778

Jeune pêcheur dansant la tarentelle, Duret, 1833

Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue – Rude – 1830-33

Jeune pêcheur à la coquille – Carpeaux – 1858

jeunesse_de_Bacchus_web

La jeunesse de Bacchus, 1884

EIA

The Abduction of Psyche, 1895

La Danse – 1865/69

Le moulin de la galette

 

~ par fg sur février 9, 2020.

 
%d blogueurs aiment cette page :